Le drôle de concert du 30 ème anniversaire des Pogues à l’Olympia.

 

Il y a peu, j’ai eu la chance extraordinaire d’assister au concert du 30 ème anniversaire des Pogues à l’Olympia.

Il y a des groupes ou artistes que je veux absolument voir sur scène ( Iggy pop, ACDC,…) et les Pogues en faisait partie.

Déjà que je n’ai jamais pu assister à un concert des Bérurier Noir (regrets éternels) et que j’ai honteusement loupé le seul concert en France de Nirvana alors qu’une place m’y étais réservée (Il faudra que je vous raconte le DRAME du concert de Nirvana, je ne m’en suis pas encore remise 20 ans après quand même!), je pouvais pas louper les Pogues surtout que cette série de concert signait le retour du grand Shane MacGowan.

Alors Shane Mc Gowan c’est lui!

 

 

Le leader charismatique des Pogues (et accesoirement, la terreur des dentistes!)

Les pogues sont un groupe de musique irlandaise aux accents rock.

En fait, cette musique regroupe à la fois des tendances punk rock (proche des clash d’ailleurs Joe Stummer avait produit un de leurs albums) mais aussi de la vraie musique celtique avec violons, cornemuses et tout le toutim.

Et cette voix grave, cassée par la vie et par les excès de Shane Mc Gowan.

Maix en 1991, Shane est parti.

Officiellement, pour monter un autre groupe.

Mais surtout parce que les autres membres du groupe ne supportaient plus son addiction à l’alcool qui le rendait ingérable.

Et c’est exactement ce Shane McGowan que l’on a retrouvé à ce concert.

Un voix chaude et magnifique, un charisme de dingue.

Mais dès que la musique s’éteignait, on avait un type qui parlait d’une façon incompréhensible (comme si il avait de la bouillie dans la bouche), qui tenait à peine debout mais toujours avec un verre à la main et que les autres membres du groupe sembalit surveiller comme le lait sur le feu de peur qu’il s’écroule devant nos yeux.

Autant quand j’étais jeune, je voyais ça comme le folklore lié au groupe (beaucoup de groupes ont eu des leaders barrés et accros à des substances) mais là, c’était différent.

Aujourd’hui, Shane MacGowan a 55 ans mais il continue de picoler et de fumer comme si il en avait 20.

Aujourd’hui, Shane McGowan ressemble plus à une épave qu’à un leader charismatique.

Alors, il reste bien sûr ces moments de grâce fantastique quand il chante Fairytales of New York ou encore Dirty Old Town.

Il reste ces moments de fureur et de joie comme quand les premières notes de Fiesta résonnent.

Mais en assistant à ce concert, j’ai quand même eu un drôle de goût dans la bouche.

L’impression très très désagréable d’assister à l’auto destruction d’un artiste et quelque part de la cautionner par ma présence.

J’aime les Pogues, j’aime Shane MacGowan et j’ai adoré ce concert.

Mais sincérement, je ne sais pas quoi en penser.

Et surtout je me demande si sans cette addiction à l’alcool et cette vie brûlée par les deux bouts, Shane MacGowan serait il toujours Shane McGowan?

Voilà.